Les feuilletons, Secrets de jardin

La Sauge : plante sacrée ou sacrée plante !

sauge - La Sauge : plante sacrée ou sacrée plante !

Aujourd’hui nous allons parler d’une plante aussi connue pour ses propriétés aromatiques que médicinales.
Son parfum et son arôme font merveille en accompagnement des viandes blanches, du poisson, des farces et aussi des légumes et des sauces.
Elle est également très décorative et, cerise sur le gâteau, éloigne les insectes du potager.

Eh oui, nous parlons de la Salvia (qui veut dire guérir !) officinalis : la Sauge !

La sauge est une vivace au feuillage persistant et tapissant. A maturité elle atteint selon les variétés de 30 à 60 cm de hauteur.
Son entretien est facile, sa croissance rapide, elle résiste bien au froid (jusqu’à -15°) et a un faible besoin en eau. Bref, une plante de rêve … mais qui sera encore plus belle si vous suivez nos conseils 🙂

Planter la sauge

Si vous ne souhaitez pas acheter de graines, la sauge se multiplie également par division, bouturage ou marcottage.
Comme les graines ne sont vraiment pas onéreuses, nous n’allons détailler que la première : le semis. Si vous souhaitez en savoir plus sur les autres méthodes, n’hésitez pas à nous questionner, nous nous ferons un plaisir de vous les détailler 🙂

  • La sauge se sème principalement au printemps mais on peut semer jusqu’ en septembre si le climat est doux.
  • Semer là où vous souhaitez faire pousser votre sauge (voir encadré ci dessous) par petits groupes de 5 à 6 graines espacés d’une quarantaine de centimètres.
  • La sauge apprécie les sols fertiles, légèrement calcaires et bien drainés. Et surtout une exposition en plein soleil .

Si vous plantez votre sauge dans un potager, attention à l’entourer de ses amis : la tomate, le fraisier, le choux (elle éloigne la piéride du chou!), l’asperge, la carotte, le romarin…
En revanche elle n’apprécie pas le concombre, le brocoli, l’oignon, le poireau, l’ail et la sarriette.

  • Recouvrez de terre. Quand les pousses sont levées, garder la plus vigoureuse.
  • Arrosez régulièrement (toutes les semaines).

Si vous ne disposez pas d’un jardin, la sauge peut également se cultiver en pot :
Choisissez un pot de minimum 20 cm de diamètre dont vous remplirez le fond avec des billes d’argile drainantes.
Remplissez votre pot d’un mélange de 2/3 de terre de jardin et 1/3 de sable.
Semez comme expliqué ci-dessus.

Elle fait partie de la famille des Lamiacées comme le basilic, la menthe, le romarin ou le thym.

lamiacées

Entretenir la sauge

Pour un plante resplendissante, vous pouvez fertiliser le sol avec des engrais naturels (compost) au début du printemps et à la fin de l’automne. Pensez également à biner régulièrement.

La sauge n’aime pas l’humidité. Arrosez donc légèrement mais régulièrement par temps très chaud.

Paillez pendant les grands froids et coupez les tiges à 20cm à la fin de l’hiver (mars – avril).

Récolter la sauge

De juin à septembre, vous pourrez cueillir les feuilles fraiches avant la floraison.

Le parfum de la sauge est plus fort lorsque les feuilles sont sèches. Faites les donc sécher à l’ombre et stockez les dans un endroit sec à l’abri de l’air et de l’humidité dans une boîte hermétique.

Petits secret de jardinier :
La sauge est une voyageuse. Elle n’aime pas être cultivée trop longtemps au même endroit.
Si votre sauge perd ses feuilles après de grands froids, pas de panique, il est probable que la souche ait malgré tout résisté.

Utiliser la sauge :

Vous connaissez tous son utilisation en cuisine, pour assaisonner les poissons, les volailles, les ragoûts, les viandes, les potages, les sauces, les farces mais aussi les légumes ou la charcuterie, ajouter les feuilles en fin de cuisson.

pain de viande à la sauge

J’espère bien que les passionné(e)s de cuisine parmi vous voudront bien partager leurs meilleures recettes en commentaire de ce post ! Parce qu’il faut que je vous l’avoue… Je sais redonner du charme à un meuble ancien, je sais donner des conseils de jardinage ou d’entretien écolo … mais si je m’approche un peu trop de la cuisine, les regards alarmés de toute la famille en disent long sur mes capacités culinaires … 😉

Dans la vie quotidienne, la sauge possède également de multiples vertus médicinales. Au fur et à mesure de mes recherches sur ces plantes merveilleuses, je suis toujours surprise du nombre de petits soucis quotidiens qu’elles permett(ai)ent de traiter d’une manière tout à fait naturelle mais qui ont été plus ou moins oubliés avec le temps . La sauge en est un incroyable exemple :

  • En utilisation externe elle est astringente et antiseptique. Ses feuilles fraiches peuvent être utilisées en cas de piqûre de guêpe ou de moustique ou de morsure car elles désinfectent les plaies et aident à la cicatrisation.
  • En utilisation interne, ces mêmes propriétés permettent de l’utiliser en gargarisme pour calmer les maux de gorge et la toux du fumeur mais également en cas de gingivite, d’aphte ou de pharyngite grâce à ses caractéristiques anti inflammatoires.
  • Elle aide également à faire baisser la fièvre.
  • La sauge est aussi conseillée en cas d’état dépressif, d’asthénie, de vertiges et d’hypotension.
  • Et bien sur, la sauge facilite la digestion et fait merveille pour calmer vomissements, diarrhées et douleurs abdominales.
  • Pour les femmes, la sauge aide à régulariser les cycles menstruels et à calmer les douleurs des règles. A la ménopause, elle combat les bouffées de chaleur.
  • Enfin, elle est extrêmement efficace pour lutter contre une transpiration excessive et pour la réguler.

Bref la sauge officinale est une vraie merveille mais attention toutefois à l’utilisation de son huile essentielle. Elle contient de la thuyone (vous savez, la molécule de l’absinthe dont on disait qu’elle rendant fou !) qui est un neurotoxique. Rassurez vous cependant, l’huile essentielle ne représente que 2% en moyenne de la composition de la sauge et la présence de thuyone est moindre dans les feuilles que dans les tiges et en été qu’en hiver. Bref, la consommation de feuilles de sauge  ne présente pas de danger.

tisanne de sauge

Histoire de la sauge

La sauge officinale est originaire du bassin méditerranéen, d’Asie occidentale et d’Afrique du nord.

Les Egyptiens connaissaient déjà les propriétés médicinales de la sauge ; ils l’utilisaient entre autres pour embaumer les morts.
Les Romains s’en servaient pour traiter l’infertilité. Les deux civilisations la considéraient comme une plante sacrée et la récoltaient lors de véritables cérémonies.
Elle était aussi utilisée par les médecines traditionnelles Chinoise, Perse, Hindous, Indienne et Celte.

Les Gaulois la tenaient pour une plante merveilleuse. Les druides l’utilisaient contre les rhumatismes, la fièvre, la toux, l’épilepsie et pour favoriser la conception et l’accouchement.

La sauge est également très liée à la religion judéo chrétienne. La légende veut que Marie ait imploré un moyen de cacher son nouveau né des bourreaux d’Hérode. Une sauge se serait alors épanouie pour les cacher dans ses feuilles de velours… Elle aurait reçu ses vertus guérissantes en remerciement.

La sauge est l’une des plus anciennes plantes cultivées puisqu’elle le fut dès le XIIIe siècle. On trouve des traces d’un dicton populaire disant : « Pour quelle raison un homme devrait-il mourir alors que de la sauge pousse dans son jardin ? »

« Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin d’un médecin ».

Au XVIIIème siècle, les asthmatiques fumaient de la sauge pour soigner les allergies au pollen.

Enfin, pour revenir aux qualité gustatives de la sauge, elle parfumait la cervoise romaine et certaines bières qui lui ont succédé. Aujourd’hui encore elle demeure une composante de certains vins comme le Gewurztraminer.

loading - La Sauge : plante sacrée ou sacrée plante ! Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.